Championnat FSGT 2001/2002 : Journée 4 : ATSCAF – CIC B : 3 – 2

Résumé Alex Desbons
DU K.O. au CHAOS
Lundi 29 Octobre 2001 : 4ème Journée du Championnat senior FSGT au stade de la Rose Frais Vallon à 19h15 :
ATSCAF – Celtic Irish Club B : 3 – 2 (mi-temps 0 – 2)
Buteur : Olive Bi.(2 Buts)
Equipe : Olivier Bornia 4, Guillaume Biagini 4 , Jeremy Pacini 6, Stephan Morard 4, Philippe Catanese 5, Laurent Colognoli 4, Sylvain Darmagnac 5, Paulo Sergio 5, Frédéric Simmonet 4, Guillaume Hachette 5, Brice Bretones 4, Alain Nicollet 4, Olivier Bizeau 7, Romain Munoz 6, Olivier Munoz 4, Sylvain pouchol 4. Coach : EL Coacho

Pour ce troisième match du championnat (disputé à nouveau sur le stade de Frais Vallon) nos celtes s’apprêtaient à rencontrer leurs voisins d’entrainement, l’ATSCAF. Pour beaucoup, ce match était l’occasion d’un rachat après la cuisante défaite de la saison passée.
A l’arrivée sur le terrain, le CIC est donc particulièrement motivé et prend rapidement le contrôle du jeu. Face à des adversaires qui semblent avoir des difficultés d’organisation. Le milieu de terrain (Petit Guillaume, Jeremy , El Tube, Sergio et La Colle(Lolobispo)) récupère énormément de ballons, distribue bien, la défense, organisée autour de Mimet, n’est que peu inquiétée et Trézégol, seul devant pour l’occasion, multiplie les appels. C’est donc de manière tout à fait logique que ce dernier, lancé par Sergio et aidé par un mauvais contrôle adverse, claque le premier but à la 10ème Minute. Dans la minute qui suit, Trézégol exploite un dégagement de Turf pour doubler la mise sur une tête lobée qui meurt au fond des filets d’un gardien de l’ ATSCAF trop avancé(un classique désormais de Trez). Le CIC réalise l’entame de match parfaite, reprenant ainsi une habitude qu’ils avaient perdue depuis le match d’Aubagne. A partir de là, les Celtes vont vouloir gérer la rencontre. A la 35ème , le CIC est même proche du K.O. quand Trézégol, encore lui, reprend de la tête une touche de petit Guillaume. Celle-ci passera malheureusement juste au dessus de la cage de l’adversaire. Et, alors que tout semble aller, le CIC se met à faire preuve d’un jeu quelque peu emprunté. Les esprits semblent ailleurs, peut-être déjà pris dans les rêves prématurés de victoire. Si Stéphan, Mimet, Grand Guillaume, Pouch, Braïce et Turf ne sont que peu inquiétés, ce n’est que grâce à l’inefficacité du milieu et de l’attaque adverse. Igor peut être heureux de rentrer aux vestiaires sa cage inviolée.
A ma mi-temps, EL Coacho pousse une gueulante justifiée et au retour sur le terrain, les visages, plus que crispés ou énervés semblent pour certains blasés.
Dès le début de cette deuxième mi-temps, Mimet, blessé, demande à sortir. La défense se dérègle alors et l’ATSCAF pousse…mais sans résultat, à l’image de cette tête juste au dessus d’un adversaire libre de tout marquage (55ème). A l’autre bout du terrain le CIC continue de se créer des occasions, notamment par l’intermédiaire de Darma dont un tir passe à un cheveu du poteau gauche du gardien de l’ATSCAF. Et c’est sous le signe de ces deux actions que la mi-temps va se jouer. D’une part, une défense CIQUIENNE qui va peu à peu et irrémédiablement prendre l’eau, en particulier du fait de la dissociation du lien avec le milieu (et ce, malgré les efforts conjugués d’Alain, petit Guillaume, Simo et El Tube au milieu, et les hurlements de Mimet, revenu sur le terrain, et Brice derrière). Résultat, trois buts entièrement imputables aux errements du CIC aux 67ème, 75ème et 85ème minutes. D’autre part, l’attaque fait preuve d’un manque de réalisme rageant et les occasions gâchées se succèdent à un rythme fou : tir en angle fermé et en force de Darma repoussé par le gardien, ouverture de petit Guillaume pour Trézégol dont le lobe est trop puissant et passe au-dessus, percée de Jérémy stoppée de manière litigieuse par le portier adverse, cafouillage de La Colle qui tire sur le gardien alors que Trézégol semble en meilleure posture, et j’en passe. Bref, une mi-temps cadeau pour les adversaires qui réalisent le hold-up du jour. Encore un match de perdu, mais, cette fois, ç’aurait facilement pu être évité.
La fin du reportage reste pour sa part heureusement le même. Et, si les Celtes rentrèrent la tête basse aux vestiaires, ils la relèveront en entrant au pub où, pour la troisième fois consécutive, ils surclassèrent leurs homologues du CIC A.
Reste donc a surclasser les adversaires, mais sur le terrain !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.