Championnat FSGT 2001/2002 : Journée 5 : CIC B – SC Montredon Bonneveine : 2 – 1

Résumé Par Alex Desbons
MENS CELTO IN CORPORE CELTO
Lundi 12 Novembre 2001 : 5 ème Journée de Championnat senior FSGT au stade Michelier à 19h15 :
Celtic Irish Club – SC Montredon Bonneveine : 2 – 1 (Mi-temps 1 – 0)
Buteurs : Zim, Olive BI
Equipe : Olivier Bornia 8, Guillaume Biagini 8, Jeremy Pacini 8, Morard Stéphan 9, Zimny Mathieu 9, Catanese Philippe 4, Olivier Stecca 8, Colognoli Laurent 8, Darmagnac Sylvain 8, Simmonet Frederic 8, Hachette Guillaume 4, Bretones Brice 8, Nicollet Alain 9, Haguet Benoit 9, Bizeau Olivier 9, Munoz Romain 8, Roux Nicolas 8, Munoz Olivier 9, Pouchol Sylvain 4.

Quatrième match de championnat (nous avons un match de retard), pour le CIC B et déjà la necessité de prouver et de se prouver, après deux défaites consécutives, qu’esprit et niveau ne se sont pas évaporés. Pour cela, les Celtes se déplacent donc au stade Michelier avecpour objectif de faire bonne mesure contre le SC Montredon Bonneveine.
Dès l’entame du match, Bonneveine prend la possession du ballon mais le CIC n’est pas pour autant dominé. Laissant l’initiative du jeu, les verts reposent sur un schéma tactique composé d’un seul attaquant (Mathieu Zim), d’un milieu renforcé à 5 (Alain, Tube, Stephan, Jeremy et Nico) et d’une défense inédite avec Krilin (Stecca) en libéro, Braïce en stoppeur, Grand Guillaume et Benoit(de retour aux affaires) sur les cotés. Bien replié, le CIC résiste bien aux velléités offensives adverses et les spectateurs (pariculièrement nombreux pour une soirée aussi froide) ne s’inquiètent qu’à partir de la 10ème minute, quand les bleus bénéficient d’un coup franc dangereux à l’entrée de la surface. Le tir est contré et Benilson, récupérant le ballon sur son aile lance Mathieu pour un contre assassin conclu du désormais traditionnel lobe : 1-0! Départ classique pour le CIC (souhaitons juste que la fin ne le soit pas!). 5 minutes plus tard, Benito, encore lui, explose l’arbitre en voulant dégager. Ce dernier mettra quelques minutes à s’en remettre. Le temps, en fait pour Benito de s’illustrer de nouveau en dégageant sur la ligne et d’un retourné plein de bons sens un tir adverse. Le match s’emballe et les contres du CIC continuent. A la 20ème minute, Tube reprend d’une bonne tête un centre, mais celle-ci finit dans les mains du gardien adverse. Quelques instants plus tard, c’est Bonneveine qui perce la défense Ciquienne et frappe sur la barre. Le CIC réagit et et les frappes s’enchainent (25ème, Nico au ras du poteau gauche, 30ème, La Colle à bout portant,35ème, Trézégol à nouveau au ras du même poteau, 40ème, Tube en bout de course qui ne peut cadrer sa frappe). Le système mis en place semble fonctionner : les contres se succèdent les uns aux autres (à noter l’excellente prestation du numéro 4 adverse sans lequel la note aurait put être plus salée), la défense menée de main de maître par Stecca ( à qui on a enfin trouvé un poste) et l’énorme travail de l’Homme de Banon ( Stephan ) au milieu payent.
A la mi-temps, c’est donc un CIC retrouvé qui rentre aux vestiaires.
Le début de la deuxième mi-temps sera parfait pour tester les valeurs morales et la concentration des celtes. Les adversaires poussent sans arrêt et cette fois-ci, le CIC ne s’affole pas et reste en place. A la 55ème toutefois, et après un nombre incalculable de tirs contrés, un dégagement raté de Stecca offre l’égalisation aux Bleus. 1 -1. Le CIC souffre mais continue de respecter les consignes. Personne ne s’énerve et tout le monde s’arrache à l’image de Stéphan qui, à la 60 ème, sauve sur la ligne. C’en est assez pour les Celtes qui vont peu à peu se rebeller et se remettre à faire des incursions dans le camp adverse. Ainsi, à la 75ème, Trézégol frappe mais ne cadre pas. Qu’à cela ne tienne, trois minutes plus tard, Tube, d’une ouverture splendide, met ce même Trézégol sur orbite. Cette fois, il n’y aura pas de raté et Trez gagne son duel. Le CIC reprend l’avantage. 2 – 1. Dès lors, Montredon va se ruer à l’attaque et les tirs et les corners se succèdent. Mais c’est sans compter sur l’abnégation des Celtes qui contrent ces tirs, repoussent ces corners (Braïce qui découvre enfin que sa taille lui permet d’être présent de la tête). Les verts rompus par la fatigue ou la blessure trouvent des remplaçants parfaits(un Simo qui ne cesse de progresser, Turf qui met le pied et la tête où il faut quand il faut, un Darma qui se démultiplie pour être présent devant et derrière), et, surtout, un grand, que dis je, un grandissime Igor qui réalise deux parades, dont una à la 90 ème, qui sauvent l’équipe. Ca y est, l’arbitre siffle la fin du match et les qualités retrouvées du CIC lui permettent de remporter une victoire qui commençait à se faire attendre.
Comme d’habitude, le match sera fêté comme il se doit au pub où, pour une fois, les représentants du CIC A termineront plus nombreux au comptoir que ceux du CIC B mais qu’importe! C’est bien connu : CIC A, CIC A, WHO THE FUCK IS CIC A?!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.