Archives de catégorie : Informations

Carnet de naissance : Nolan is Here!!!!!

Weeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee, Notre double champion de France (FSGT et Beach soccer), notre look at derrière toi, notre couly est papa pour la 3 eme fois avec la naissance de Nolan!!!Félicitations a la maman, à couly et les 2 enfants qui vont bien s’occuper de leur petit frère ou pas!!!!lol

Championnat vétérans à 7 2016/2017 : J26 : MSO – CIC V7 : 3 – 7

Reportage by darma
Vendredi 19 Mai 2017 : 26éme journée de championnat : MSO – CIC V7 à 19H30 au stade Lebert.
Buteurs : Romain(5buts), Charles, Mat
Les coachs titulaires en stage intensif de swing of life du coté de Gap, laissent la place au tandem darma/alain k. Du monde pour ce match, et il est hors de question pour moi d’en laisser un a la maison, même si le temps de jeu sera restreint pour certains.
Nico – Bardy,Mat-guillaume,baka, romain-Alain S pour l’engagement contre MSO. Nous ne sous estimons personne, et la preuve en est qu’au bout d’un quart d’heure et un bon squattage de la surface de MSO, ben toujours 0 – 0. Pilonnage de Guillaume par deux fois, romain, Baka, mais toujours un pied, un gardien, une jambe, un cul, une couille pour sortir le ballon hors du cadre.Et un poteau pour jean-luc aussi, bon on n’a rien pour nous pour le moment. Finalement dans l’axe romain ajuste enfin le gardien en plaçant un petit ballon ras de terre légèrement enroulé pour le festival Romain. Il double la mise sur la même position.
Mais les rouges de MSO, sont vaillant et le prouvent en marquant sur un centre en retrait de l’ailier droit en ayant résisté a deux celtes, plat du pied de l’attaquant, tout le monde aux fraises. 1 – 2.
On repart a l’attaque et Alain K qui a remplacé Guillaume donne un super ballon dans la course de Romain qui casse la cage juste avant la mi-temps. 1 – 3.
Seconde période avec la rentrée de Marco devant pendant 10 mn, et quelques fautes bien senti par les adversaires. Grosse présence physique, mais les celtes reculent et ne jouent pas simples. Le show nico commence avec de nombreux arrêts malgré le soleil dans les yeux. Il nous faut encore 10 mn avant de concrétiser une phase de jeu celte avec baka/romain, ce dernier ajuste encore le gardien d’un bon plat du pied. 1-4. Les rouges reviennent a la marque sur un bon CSC de jean Luc, dans tous les cas l’attaquant était sur le ballon et aurait sans doute marqué. 2-4. Alain S remplace Marco, et fred légèrement enivré lui délivre une passe lobé exactement sur sa tête a 2 mètres de la cage et …. poteau sortant.Dommage, ça méritait mieux. Finalement encore des changement et Charles se retrouve en pointe. Romain plante un cinquième but sur une nouvelle remise de Baka. Et les rouges continuent leur contre attaque et plante un troisième but magnifique sur une reprise de volée papinesque, avec poteau rentrant. Nico ne peut rien faire, mais nous gratifie d’une dizaine d’intervention comme un libéro.
Le cic fini bien aussi, avec un but de Charles bien placé qui reçoit l’offrande d’un tir pas trop bien puissant de Fred qui arrive sur le pied droit de Charles qui n’a plus qu’a pousser le ballon. 3 – 6
darma rentre pour la dernière minute qui durera un peu plus longtemps, avec une belle passe pour fred mais qui trouve le gardien sur son tir, et enfin une mine de Mat dévié qui termine dans le but en ayant trompé le gardien a contre pied. 3 – 7.
Une belle opposition, merci encore a nos renforts du CIC, et cette 18eme victoire de la saison. En attendant le résultat de cassis contre le leader, on sait jamais…..

Coupe de France 2016/2017 : 1/8 éme de finale : AS Louzaouen (29) – CIC : 1 – 4

Reportage By Yannick(Yanis) Abautret
Samedi 08 Avril 2017 : 1/8 éme de finale de la coupe de France : AS Louzaouen – CIC à 15H00 à Brest : 1 – 4.
Buteurs : Jo – Xavi – Yannick – Reno
Equipe : Hugues(Hugo selon Couly), Couly, Maxou(cap), Bardy, Yannick, Reno, Xavi, Nicolas Vachino, Jo culia, Jaja, alex, Darma, Fred Napo
Supporters : Marseilais marseillais marseillais, marseillais GREG, El BUBU, Le sorcier Pierrot et Gilles dargent Coach!!!!

J’ai souvent entendu mon oncle, le regard rempli de compassions, me dire « à l’impossible, nul n’est tenu mon grand ». A 5 ans, je ne comprenais pas véritablement le sens de cette maxime et n’y prêtais d’ailleurs guère attention. Au contraire, je retournais inlassablement vers mon bac à sable pour y creuser un tunnel qui m’ouvrirait à coup sûr les portes de la Chine. En grandissant évidemment, j’ai fini par entendre le sens de ce que me répétait mon oncle pour calmer mes ambitions souvent démesurées, mais j’ai préféré en faire fi et me tourner vers une formulation plus conquérante et enthousiaste qui nous dit « à cœur vaillant, rien d’impossible ».

Rien d’impossible non ! Comme ce déplacement surréaliste de 32 heures de car jusqu’à Brest ou encore ce physique délicieux qu’affiche encore Jean Luc au bel âge de 51 ans. Les celtes embarquent aux alentours de 21h depuis le pub dans leur carrosse flambant neuf et récupèrent sur leur chemin la princesse Maxime qui ne rate jamais l’occasion de se faire désirer. Darma, le proxo du club, ramasse les biftons et nous voilà parti pour 16h de car. le temps pour Fred de se poser toutes les questions possibles et imaginables au sujet de la composition de l’équipe, que du bonheur ! Parties de contrée, siestes entre deux sièges et pets nauséabonds ont rythmé ce voyage qui s’achèvera le lendemain matin vers 11h sur le boulevard Jean Jaurès de Brest ou, incroyable mais vrai, un soleil méditerranéen nous attendait. Les jambes sont engourdies et les cerveaux légèrement endormis mais le moral est bon. Le temps de déposer les affaires à l’hôtel et les celtes s’en vont en ballade pour repérer les établissements nocturnes susceptibles d’accueillir 15 bonhommes alcoolisés sans trop de difficultés. Les celtes anticipent.

Mais l’heure tourne et bientôt, les discussions se concentrent d’avantage autour du match qui les attend. Une équipe de Louzaouen annoncée solide (7 buts encaissés seulement) et efficace (70 pions depuis le début de la saison) qu’il faudra donc prendre tout de suite au sérieux malgré la fatigue accumulée et l’effectif de qualité mais réduit dont dispose Fred et Gilles, le Eddy Barclay de club. 14h, l’heure pour les joueurs de se retirer dans leur chambres respectives après avoir déjeuné dans une crêperie bretonne où la serveuse, aussi grasse que sympathique, nous rappelait sèchement que la spécialité brestoise, c’est l’alcool et non pas les jolies gonzesses. Bref, repos dans les quartier et décollage prévu à 16h vers le stade de Guilers.

Au stade, l’ambiance est détendue mais les deux équipes se toisent, se jaugent du regard. Il est temps d’en découdre. Dans les vestiaires, Fred et Gilles nous donnent les dernières consignes avant le coup d’envoi et Jean-Luc nous rappelle que les seuls celtes sur le terrain c’est nous ! Sur le coté, bien sûr, les fidèles Pierrot et Bubu sont attentifs. Ils se sont pas fadé 16h de car pour voir leur chouchous se faire étriller bordel. Sur les cinq premières minutes, les bretons parviennent à se montrer dangereux et manquent de cadrer une frappe puissante de quelques centimètres, de quoi galvaniser leurs ambitions. Mais rapidement les celtes mettent le pied sur le ballon que les adversaires ne verront plus beaucoup. Le premier but survient assez rapidement et logiquement. Nico, replacé pour la bonne cause au poste d’arrière gauche, adresse déjà son 15 ème centre qui tombe sur le pied inspiré de Jo à l’entrée des six-mètres, 1- 0. La suite est quasiment une démonstration. Les celtes sont plus fort, plus techniques, mieux organisés et malgré quelques percées solitaires ou quelques rares déviations de la tête de leur attaquant vedette sur de longs ballons, les verts ne sont pas en danger. Dans l’ordre chronologique, la suite est simple, Sur un coup franc de Couly à 35 mètres, Xavi s’arrache au second poteau manquant de se crever un œil mais tant pis, ça fait quand même 2-0. Les Brestois reviennent au score juste avant la mi-temps sur un cafouillage dans la surface, mais la marche vers la victoire reprend rapidement en seconde période avec le troisième but de moi-même au second poteau sur un centre rasant dans la surface de la mobylette verte. Le troisième but semble avoir anéanti les bleus mais Renaud décalé sur le coté droit, ne l’entend pas de cette oreille et tente un lob merveilleux qui vient s’endormir dans la lucarne opposé du gardien prépubère qui ramasse une nouvelle fois le cuir dans sa cage, 4-1.

Peu de temps après, l’arbitre met un terme à la rencontre. Les celtes peuvent exulter, le travail est fait et le sentiment du devoir accompli les bercera jusqu’au bout de la nuit qu’ils ont prévu festive. Gilles sort son fut Rouge de dandy, Darma reste en short de foot, Alex se désiste, Jaja se parfume, Fred pense tactique du match, Nico allume son 12 eme pétard et Pierrot félicite chacun d’entre nous… Le reste est anecdote ou littérature.

Merci aux celtes pour ce beau moment de football et d’amitié.