Championnat sénior 2016/2017 : J1 : AS Margeray A – CIC D : 1 – 2

Reportage by Batbeu
Lundi 07 Novembre 2016 : premiére journée de championnat : AS Margeray A – CIC D : 1 – 2 à 20H00 au stade Sanafrica.
Buteur : Redouane, Loris

Dans le tacot surchauffé qui nous menait au stade Sevan, mon fidèle acolyte Charly et moi-même devisions sur les bienfaits de l’expérience en matière de football et de sexe. Une manière de caresser le ballon et les femmes qui se rejoignent au fond : le vertige. Toujours le vertige.
Nous entrâmes dans le vestiaire un peu en retard mais pas trop non plus, c’est-à-dire au bon moment. La jeunesse par trop frénétique nous accueillit avec une certaine nervosité, impatiente qu’elle était d’affronter les succès que nous avions déjà connus. Si notre entrée faisait grimper sensiblement la moyenne d’âge, elle relevait également le quotient intellectuel de l’équipe, ce qui n’est pas négligeable quand on pratique un sport où se bousculent les Prix Nobel. Sur le banc m’attendait un brassard orange vif et un maillot arborant le numéro 10. Une bonne soirée en somme se préparait. Baptiste, les yeux légèrement humides, s’essayait à quelques jongles comme si de rien n’était. Bon, il est vrai que j’ai surtout joué 6 en fait et mal en plus, mais on ne s’étendra pas sur mes performances car l’important c’est l’équipe comme dirait 99 % des joueurs analphabètes de Ligue 1.
Par l’entrebâillement de la porte, je reconnus l’entraîneur de l’équipe adverse, un certain Schramm plus connu sous le nom de « Die Führung », le stratège allemand. Son sourire en coin et ses interventions sur le bord du terrain me rappelèrent non sans émotion cette victoire boueuse et étriquée au fin fond de la contrée brestoise. Nous maîtrisâmes rapidement la première mi-temps avec un entrejeu solide et mobile, un Red Bull Redouane virevoltant devant et un Charly « fais moi-sentir-ce-chibre » impérial derrière. Margeray sans solution encaissait un premier but sans saveur et un second dans la foulée plus inattendu : énorme lourde de Loris des quarante-cinq mètres qui, excentré côté droit, transperce les gants du gardien impuissant. Bon, en fait un centre raté qui trompe un gardien apathique, ce dernier ayant osé justifier son erreur en incriminant l’éclairage du stade, aveuglé par la puissance des projecteurs. Le mec il a vu Râ. Comme tout le monde le sait, Sevan est sans doute le stade le plus mal éclairé de Marseille. A ce propos, les zones d’ombre sont nombreuses et il paraîtrait que c’est là qu’un certain Pierrick fait preuve de tout son talent technique. Malheureusement, l’ombre est souvent trop grande et on n’y voit goutte.
A la reprise, une charnière centrale Magic System avec Couly et Steve ainsi qu’un trident au milieu qui donne le vertige, toujours le vertige : MONTASSER-BAPTISTE-BATBE. Bon, en fait plutôt MONTASSER-BAPTISTE-batbe. Margeray cependant retrouvait des couleurs et devenait plus pressant. Cela a peut-être coïncidé avec le fait que nous avons opéré beaucoup de changements. Pour être vraiment précis, le plus grand nombre de changements de joueurs que j’ai vu en une mi-temps. C’était plus des changements frère, c’était un coït ! Tu rentres, tu sors, tu rentres, tu sors, tu… le sexe et le football. Après, je ne vais pas incriminer un jeune duo d’entraîneurs qui a repris avec panache feu la D au mépris des sombres prémonitions des éléphants du Celtic et des lourdes défaites des matchs amicaux. J’ai toujours apprécié le panache. Nos vies en manquent trop souvent. Du coup, on en prend un sur corner. Je lâche le marquage et paf, une vieille tête d’un jeune joueur au fond des filets. Au moment de prendre le second, Hugues « le condor des Andes » se déploie et sauve ce fragile 2 à 1. Nico-Tarzan après avoir patienté sur le banc, nous gratifiera d’une belle frappe. Hors-cadre. Tiens donc. Je pense personnellement que Sampo a manqué sur ce match. Sa bonne humeur, c’est important pour le vestiaire. Nous repartons le sourire aux lèvres. Elle sent bon cette saison.
P.S. Mon sourire s’est légèrement accentué quand j’ai appris que la C dans le même temps en avait pris 6. Le vertige. Toujours le vertige

Une réflexion au sujet de « Championnat sénior 2016/2017 : J1 : AS Margeray A – CIC D : 1 – 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.