Sandball à Frontignan

13/07/13- Sandball de Frontignan: le RESUMAL (par vince).

Participants: Gringo/Passe-Partout, Thuputh, Mickey, Pitt, Nain-Co’/Neulyne, Vince/M51 + 5 jeunes (enfin jeunes par rapport aux irishs historiques car pas un a droit a la carte 12/25…) recrues du CICHB (Bastos, Hugo dit « Guy Lux », Mika, Eric et Christou!)

Sortant d’un mariage en pleine cagne à Montpellier, c’est en laissant un costard et une cravate violette dans le coffre de ma bagn… voiture – pardon Mickey! – que commence l’étape de Frontignan. Une étape ROOTS à l’ancienne au coeur du pays des OSBLC dont nous croiserons quelques membres au cours du weekend (Toto, Mike et Mathieu en particulier!).

L’apéro commence gentiment, il a déjà commencé pour ceux qui sont arrivés plus tôt! Ca sent la braise, les salades de tomates sont sur la table (avec des oignons? Non avec des OIGNOOOOONS!!!).

La bonne humeur est de mise, chacun y va de son anecdote de vieux routard du sand pour mettre les petits jeunes dans l’ambiance. Les camemberts sont livrés aux braises et même s’ils ne font pas l’unanimité ceux qui ont été « garnis » au pastis trouvent des adeptes! Thuputh est invincible à mes côtés. Allez savoir pourquoi?!

On notera les faits marquants de la soirée:

– Dabord quand Passe-Partout découvre enfin la raison qui lui vaut son inestimable surnom!

– Ensuite quand la petite troupe embobine les agents de sécurité du camping à côté de chez Gringo juste avant minuit et investit la terrasse du bar pour une improbable binouze à l’heure de la fermeture! Magistral !

– Gringo aura mis 15ans pour se rendre compte qu il ne sait pas faire son propre signe au clapclapclop. Du coup, il vient officiellement d’en changer.
– Roulette et clapclapclop se marient bien meme si le jus de cornichons est moins digeste que le calva.

La nuit se finit calmement par un sommeil réparateur, la lutte contre les moustiques est perdue d’avance mais on est loin de PSL: on y survivra!

Au matin, on perd Thuputh. Allez savoir pourquoi?! Nain-Co’ fournit les viennoiseris pour le petit dej’. Chacun reprend des points de vie après la soirée Gringalienne. Thuputh vient avec moi. Rien qu’en regardant le véhicule de tête faire des tours de rond-point pour nous attendre, après un feu tricolore ayant coupé en deux le convoi, les yeux de Thuputh vrillent et il me fait part de son soulagement de ne pas être parti avec Pitt dans ladite voiture. Allez savoir pourquoi?! On arrive sur le plateau de sand, les bières sont dans un sac isotherme, les terrains sont montés, les cailloux sont toujours là: on va se défoncer les pieds, tout va bien.

Dès nos premières minutes sur place, on est repéré: « Oh! C’est Mister Sandball Lévézou!!!!!!!! ». Purée Mickey, arrête de faire ta Star! :-p

Viennent alors les premiers matches de la matinée, au cours desquels nos « jeunes » font preuve d’une regrettable absence d’efficacité (on dirait presque les plus anciens d’entre nous!) absolument pas compensée par le reste de l’équipe hormis Gringo qui a retrouver sa sacoche d’antan. On décide alors de profiter d’une pause annoncée assez longue pour ne pas perturber le planning de matches de l’orga: et Gringo nous amène au resto en face! Mauvaise idée! On obtient assez rapidement l’apéro et sous moins d’une demi-heure les repas pour les enfants. On envoie un commando assurer deux matches pendant qu’on attend. Le commando revient, toujours pas trace de la moindre assiette. Le service est plus que déplorable, la vieille fait la gueule et on ne mangera qu’après presque 2h d’attente. Thuputh est servi en dernier. Il n’avait pourtant commandé qu’une assiette de pâtes natures. Allez savoir pourquoi?!

L’après-midi est tranquille, chaud, ponctué de baignades et de kung-fus (bastos retrouvant ces repères et le chemin des lucarnes !) qui part un obscur systeme de classement nous mene en 1/4 de finale, perdu au peno sur un calcul de point plus que mysterieux. Et la journée touche déjà à sa fin: les Caramelous sont ovationnés par la foule, en retour ils ovationnent les Irishs à eux tous seuls, mais c’est ça qui est bon!! Pas un seul Chinois appelé au micro! Nain-Co’ et Gringo ne feront pas les escrocs cette année…. (encore que on nous annince 3eme du tournoi, vu notre niveau du jour c’est une escroquerie!). Bref, comme diraient des amis qui malheureusement étaient absents: « c’était juste troooooooooop bieeeeeeeeeng! ».

On se sépare, on fait des bisous, on prend RDV pour l’étape aveyronnaise d’Arvieu avec la famille du Gringo et les Caramelous! Thuputh est enfin de pleine possession de ses moyens. Allez savoir pourquoi?! Ce qui se passe au sandball reste au sandball. On remonte dans les voitures. Mon retour seul est insipide (c’est pas faux!), je regarde les résultats de la F1 à la radio sur le trajet. Vivement que ça recommence! Ca me manque déjà!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.