Challenge CDA 4ème journée Seniors Saison 2017 – 2018 FC NATIONAL CRIMEE vs CIC D : 7-6

Lundi 12 mars 2018

Stade Dato 19h30

Buteurs : Batbe (×3), Greg (×2), Geo

Résumé by Batbe

Tandis que je regagnais le vestiaire après avoir marqué trois buts, le goût de la défaite me gâchait le
plaisir. Certes ce sont la CDA et sa moraline du fair-play parfois étrange puisqu’on marque
davantage de points en perdant et en étant sage qu’en triomphant. Certes un match qui finit à 6-7
est-ce encore du football ? Certes les cadors de Crimée se devaient de l’emporter face à un celtic D
en manque de joueurs au point de recruter pour l’occasion des joueurs de la A. Merci Jean-Luc,
Anthony et notre gardien d’un soir trop souvent abandonné. Certes leur attaquant n’a de Zlatan que
le nez. Certes, certes, certes… les excuses ne sont que des pansements infectés, on le sait tous.
Le scénario avait pourtant pris une tournure heureuse. Greg ouvrait les hostilités avec un doublé
dont une magnifique entente RTM sur le second : Jo déborde, je me propose au premier, il fait
semblant de ne pas me voir, centre au deuxième pour un Greg qui arrive en tramway. La RTM : la
meilleure façon de bouger ! On joue bien, ça tourne, on se trouve. Seul point noir : Romain. Ses
mollets sont sur le terrain mais pas le reste. Il boude de plus en plus, s’accroche avec Loris. Je tente
de lui donner un Petit Filou mais rien n’a faire. Puis vint le fameux relâchement coupable.
Inexpliqué, inexplicable. Inexcusable surtout. Lucas se démène pour nous remettre la tête à
l’endroit mais le mal est trop grand. Trois pions en quinze minutes avec un milieu qui se délite et
une défense aux abois. Quand c’est trop c’est Tropico.
A la mi-temps je ne peux m’empêcher de me demander : où sont en cet instant précis les Alex,
Yannick, Maca, Xavi, Thomas, Ben, Fred, Arnaud, Capo, Maxime ? Pourquoi le noyau se résume-til
à une peau de chagrin ? Trop de joueurs à un moment de la saison, plus assez quand elle va se
terminer. Va comprendre, Charles. A la place de Geo et Loris, j’aurais du mal à garder une certaine
motivation. Je me mets à comprendre la rancoeur qu’ils éprouvent parfois. Oui c’est ça, c’est le
moment où dans les films américains ils pensent qu’on est trop con pour comprendre qu’il y a un
moment émouvant et du coup ils envoient une petite musique pour nous dire : «les cascades et les
effets spéciaux c’étaient juste avant. Là, c’est une émotion que tu dois ressentir. » Et tôt ou tard dans
ce genre de scène, il y a un personnage qui dit : « je suis désolé ». A chaque fois. Qu’ils sont cons
ces américains.
La deuxième mi-temps je n’ai pas envie d’en parler. Non, n’insistez pas. Cela n’a rien à voir avec
l’entrée de nos compatriotes de la A qui pratiquent le même sport que nous. A peu de choses près.
Cela n’a rien à voir avec le fait que Jeremy soit arrivé en retard avec dans son sac au moins une
affaire appartenant à chacun d’entre nous. On lui pardonne volontiers sa kleptomanie. Cela n’a rien à
voir avec les origines de Gui. Il aime le boudin à la pomme et Memphis Depute, ça le regarde non ?
Cela n’a rien à voir avec cette vieille garde Espo-Charly qui joue le hors-jeu mais on sent dans leur
regard qu’ils n’y croient pas trop. On le joue ? Bon allez d’accord. Ah mince. Trop tard. Ils vont vite
quand même, non ? Cela n’a rien à voir avec le fait que Jean-Luc talque ses chaussures avant de les
mettre. J’ai eu peur, à un moment j’ai cru qu’il allait clouter un fer à cheval sous ses crampons ! Non,
cette deuxième mi-temps n’a strictement aucun intérêt malgré mes trois buts offerts par Jo, Gui et
mon pied gauche. C’est dire. Une seule éclaircie cependant. Espo, avec la générosité qui le
caractérise quand il s’agit de faire rire ses semblables sur le terrain, le banc, dans les tribunes et les
immeubles autour, nous a gratifiés d’un bon moment. Alors qu’il jouait aux avant-postes, il tente un
crochet dans la surface adverse. Quoi de plus anodin pour un joueur de football. Mais à l’instant de
s’élancer, son corps lui a dit non. Il a rechigné. Il a exclu l’hypothèse de récupérer le ballon avant
qu’il ne sorte en six mètres. Et c’était drôle de voir cette envie juvénile réduite au silence par le réel.
Merci Espo pour ce moment. Ce qu’il y a de terrible dans le fait de vieillir, ce n’est pas d’être vieux,
c’est de rester jeune.

Une réflexion au sujet de « Challenge CDA 4ème journée Seniors Saison 2017 – 2018 FC NATIONAL CRIMEE vs CIC D : 7-6 »

  1. Tonyexgoal

    Encore un très grand moment d’écriture, il faudrait presque se mettre au diapason pour faire le commentaire alors qu’on a juste envie de te glisser à l’oreille :

    Tain, Bat ! Tu me la régale ! Avec et sans talc !
    Un Hat Trick et un ah Trique pour nos yeux, merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *