Friendly officiel Vétéran 3 : CAPC B – CIC : 4 – 0

Vendredi 28 septembre 2018 : 3eme match amical officiel au stade d’ambrosis à 20h30 :
Ca Plan de cuques – Celtic Irish Club : 4 – 0

Reportage manu joly

SOIREE DE MERDE A AMBROSIS
Vendredi 28 Septembre 2018 : Match amical pré-saison, à Plan de Cuques
Plan de Cuques B – Celtic V : 4 – 0 (2 – 0)
Composition : Nico D – Virgile, Gilou (cap), Olive, Lolobispo – Victor, Stiven, Fred G, Jérémy, Fred V – Mathieu. On the bancket : Igor, Stan, Manu, Micka, Nico H, Alain, Fidel. Coach : Steph, substitut de Mimet.
Supporters : Tonton, Le Boucher.
Le plan était pourtant prometteur pour les Hoops :
– Un effectif d’une densité digne d’un pays de l’hémisphère sud
– Une température digne d’un pays du sud de l’hémisphère nord, fin d’été
– Une pelouse à faire pâlir d’envie le jardinier en chef de Wembley
– Un vestiaire plus grand que la salle des fêtes de Ceyreste
– Le nom évocateur du stade : Ambrosis. Chemin faisant, ce patronyme à la consonance Antique, stimulant mon inconscient fantasmatique, me fit imaginer une scène : une cohorte Celte, vêtue de kilts vert et blanc et montant d’immaculés destriers, trotte fièrement en direction du lieu sacré : Ambrosis. Descendus de leur monture, les Hoops pénètrent dans le stadium, longeant une colonnade, où se dressent les statues marmoréennes des héros de Plan de Cuques. Hardis, les Celtes franchissent la porte d’Ambrosis et foulent la pelouse, au son de leurs cris gutturaux. Fiers, ils défient de leur regard conquérants, leurs rivaux du jour et la foule déchaînée, qui les conspue à gorges déployées.
Bon, en fait, quand je suis arrivé, je suis tombé sur 5 mecs autour d’une table de camping garni de quelques sandwichs et de nombreux flys. Subitement, la puissance évocatrice du nom « Ambrosis » en prend un coup. Pour me rassurer, sur cette terre d’apparence hostile, je m’approche de mes coéquipiers, histoire de quitter les 45mn de solitude, vécues lors du trajet, et afin de retrouver la chaleur amicale du Celtic V.
J’observe la pelouse, tâte les ballons, plaisante avec mes camarades et décide de soulager ma vessie et le reste de mes organes digestifs. Je me dirige vers l’endroit approprié à ce genre de situations, sûr que les équipements sanitaires de Plan de Cuques, seront à la hauteur de la dimension poétique du nom d’Ambrosis. Mais là, mon alanguissement songeur, se fracasse violemment sur une vision d’horreur : une cuvette tapissée (mais tachier aussi) d’un patchwork de matière fécale séchée, mais pas complètement. Probablement l’œuvre du récent vainqueur de l’Estron d’Or au Festival de Fosse sur Merde. Ou d’un client McDo, passé par Ambrosis, privé de ses deux bras après un accident de tronçonneuse, ce qui, vous en conviendrez, l’empêche de se servir facilement de la brosse à chiottes.
Mon colon et ma vessie changent instantanément d’avis et le reste de mon corps se reconcentre sur le football. Mais j’aurais dû me méfier de ce signe annonciateur d’une soirée de merde …
En effet, si la rencontre débute sous de bons auspices (Hospices pour les plus de 50 ans qui croient encore qu’ils peuvent jouer au foot impunément), la suite des débats va davantage nous fendre le cul que la gueule.
L’entame est très équilibrée, la bataille du milieu fait rage, tandis que les blocs défensifs restent imperméables de part et d’autre. Probablement surpris par la résistance Celte, les locaux multiplient les fautes, certes bénignes, mais fautes néanmoins. Les langues commencent à se délier et le jeu est hâché (si on fait la liaison, c’est un peu comme la cuvette des chiottes). Ca commence à sentir doucement mais sûrement, l’ambiance de merde. L’arbitre officie avec clarté et sanctionne quelques accrochages physiques et verbaux. Mais cela ne calme pas pour autant, quelques impénitents bavards et les auteurs de fautes à répétition. Mathieu, puisqu’il est en jambes, devient la cible préférée des crocs, crics, kicks. Je pense qu’il a aussi passé une soirée de merde, vu ce qu’il a pris, quasi systématiquement. Qui plus est, la seule frappe qu’il a pu décocher, a rencontré le poteau adverse. Côté jeu, les locaux assoient peu à peu une domination technique certaine, ainsi qu’une jeunesse de jambes évidente. Voyant cela, mentalement, je peste et chie sur mon état civil, surtout sur la partie « date de naissance ».
Logiquement, Plan de Cuques ouvre la marque. Logiquement mais quand même hors-jeu de 5,30m. But de merde (1-0).
La qualité collective des locaux s’affirme toujours davantage. Ces derniers doublent la marque, sur une frappe que Nico avait anticipée, mais que le contre d’Olive dévie dans le but. But de merde (2-0).
La pause rafraîchit les gosiers, les fatigués. Encore que, pas tous les fatigués, car certains continuent d’avoir la langue trop pendue et de multiplier les fautes sur la soirée de merde de Mathieu.
Les locaux font rentrer quelques kangourous qui gambadent aussi vite que ceux de la 1ère période. Les nombreux changements, côté Celte, n’y changeront rien : les pensionnaires d’Ambrosis, le mal nommé, tiennent le ballon et se procurent les meilleures occasions.
Le 3ème but, je ne m’en souviens plus mais c’est sûrement un but de merde.
Le 4ème but, superbe lob, ne doit rien à personne. Pas but de merde.
La domination locale s’étendra jusqu’au coup de sifflet final, donné par anticipation par l’arbitre, excédé par les contestations. La rencontre s’achève dans une relative confusion, après une faute de Steph, que ma totale impartialité me fera qualifier de bénigne, mais que d’aucuns taxeront d’attentat nucléaire. Fin de match de merde.
Bref, soirée de merde et nous en avions Plein le Cuques vers 22h. Heureusement, le bonheur simple de se retrouver autour d’un verre, chez Virgile, nous fait oublier cette soirée migraineuse. Exceptionnellement nous ne refaisons pas le match. C’est intelligent, sinon nous aurions passé un après-match de merde.

7 réflexions au sujet de « Friendly officiel Vétéran 3 : CAPC B – CIC : 4 – 0 »

  1. Bruno Cic V

    Bravo pour ce reportage Manu ….comme d hab excellent …match de préparation a oublier , contre une équipe auparavant sympa mais devenue « pénible » à jouer …..

    Répondre
  2. Lolobispo

    Énorme…comme si j’y étais ! ah oui mais j’y étais en fait, peut être que ma mémoire l’a oublié parce que c’était un match de merde….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *