Championnat Senior 2007/08 : AS Bonne Etoile – CIC A : 3-4 (1-3)

Stade : St Joseph Arena.
Arbitre : Bon.
Adversaire : AS Bonne Etoile.
Buteurs : Stéphane (X2), Taxi, Junior.
Titre : Quand le CIC croit en sa Bonne Etoile !!!
Compo : Vedralex, Mathieu, Mathias, Romain, Jean-Luc, Fred, Baka, Boussole, Julien, Pierre Philippe, Junior, Taxi, Stéphane, Clément, Bruno.

Comme souvent le lundi (et contrairement à ce que chantait notre Cloclo national dont nous célébrons le trentième anniversaire de sa mort ce lundi) il pleut !!! Il ne tombe pas des seaux non plus mais un crachin rendant le synthétique de St Jo assez glissant.

Nous rencontrons ce soir l’AS Bonne Etoile second du championnat et précédée d’une solide réputation. Le mystère dans nos rangs est de savoir comment l’équipe a digéré son élimination aux pénaltys et dans quelle condition physique elles se trouvent vu que seuls 7 courageux étaient présents jeudi dernier (OM oblige) !!!

Mimet devait compter sur 16 joueurs mais Ricky n’est jamais arrivé… Après Julien la semaine dernière ça commence à faire désordre (surtout que Jean-Marc était dispo et je ne l’ai pas pris pas cool).

Les mots de Mimet avant le match sont simples, il veut absolument savoir si son équipe est capable de rivaliser avec le second qui n’a subit qu’un seul revers cette saison. Il aligne son équipe type avec une surprise Baka comme capitaine.

Le match démarre nos adversaires ne sont que 10 le 11ème devant arriver en mileiu de 1ère mi temps.

Mimet a demandé du jeu, de la rigueur, et surtout de la solidarité. Nos celtes plantent les premières banderilles en pratiquant des échanges vifs et sur les côtés qui déstabilisent quelque peu nos adversaires. Sur l’un d’eux Stéphane est tout près d’ouvrir le score mais sa frappe passe à côté. Ce n’est que partie remise car il ouvre la marque peu de temps après en le ponctuant par son désormais célèbre « Ouaiiiiisss Pàpà ». Nos celtes ne lachent pas leur emprise. Une saine agressivité complique la tache de nos hotes. Beaucoup de ballons sont récupérés au milieu de terrain. Sur l’un d’eux Taxi des 25 mètres déclenche une frappe d’une grande pureté de son pied gauche. Le ballon finit sa course en pleine lucarne, et ce malgré la détente désespéré du portier adverse qui le touche mais ne peut rien de plus. Comme quoi le concours de frappe de jeudi dernier a porté ses fruits.

Nos adversaires bien que onze n’y arrive toujours pas. Le pressing est toujours là. Certes le déchet est important mais l’important est d’oser. Le pressing paye encore cette fois c’est Junior qui s’y colle. Il file au but après avoir été lancé en profondeur pour battre de près le portier adverse. Non le score n’est pas immérité mais combien de temps encore nos verts et blancs vont ils tenir le rythme ? Mimet a juste peur du relachement, du geste facile qui pourrait tout remettre en question. Et ce qu’il craignait arriva, sur un jeu court petit côté, le ballon est ressorti mais au lieu de jouer au large comme demandé on revient inexorablement petit côté là où nos adversaires sont présents. Ils récupèrent, contrent et scorent sur une frappe contrée. Ce coup du sort dérègle quelque peu la machine celte.
Il est temps que la mi-temps arrive.

Mimet sent que la deuxième partie va être âpre et demande à ses joueurs beaucoup de solidarité et d’abnégation. Il demande aussi d’arrêter les inventions, les trucs qui ne servent à rien. Par exemple venir jouer les touches à 30 centimètres du joueur, de les jouer vite. Ou bien les coup-francs dont on invente à chaque match des combinaisons invraissemblables (n’essayez pas de me convaincre vous n’y arriverez pas, le foot c’est simple dont acte). Les premiers changements se font. PPD à la place de Fred et Clément pour Junior.

Le match reprend et nos adversaires ont décidé de muscler les débats. Nos celtes ne reculent pas et continuent leur abbatage. Malheureusement, sur une touche rapidement jouée (Mimet doit parler Tchétchène ou Ouzbèque) par Taxi le ballon est intercepté et envoyé en corner. Sur celui ci la réduction du score se fait de la tête Julien étant apparemment géné et Védran aux fraises. Loin de se démobiliser, les ciquiens repartent au combat sous l’impulsion de leur capitaine Baka. Sur une attaque coté droit, Mathias qui vient de rentrer décale Clément qui glisse à Stéphane pour un « Ouais Pàpà ».

Le combat devient rude, mais ça reste correct. Quelques sueurs froides avec une superbe feinte de passement de jambes de Jean-Luc qui oblige Védran à sortir pour dégager. Nos adversaires pressent des contres se présentent mais nous n’en profitons pas. A 10 minutes de la fin sur un nouveau corner renvoyé, un centre tendu est repris à bout portant pour une nouvelle réduction du score. Cette fois ci les verts et blancs font preuves d’une grande maitrise et gèrent la fin de match. L’arbitre siffle enfin la fin du match sur une victoire ne souffrant d’aucune contestation et qui laisse des regrets quand on repense aux plumes laissées en route contre des adversaires beaucoup plus faibles…

L’équipe est jeune, elle apprend et sera à n’en pas douter redoutable d’ici deux ans…

Hail Hail

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.