Championnat 6ème journée Vétérans à 11 Saison 2017 – 2018 CIC vs GS EPARGNE : 5-1

Reportage by Maitre Joly
Vendredi 1er décembre 2017

Stade Michelier 20h00

Buteurs : Olivian, Stan, Fred Ville, Couly, Nabil

IL FAISAIT FROID MAIS LE CELTIC A FAIT LE SHOW
Vendredi 1ER Novembre 2017 : 6ème journée de Championnat à 11, à Michelier Park
Celtic V – GS Epargne : 5 – 1 (1 – 0)
Composition 4-4-2 : Miguel – Virgile, Steph (cap), Alain, Thomas – Olivian, Stan, Nabil, Fidel – Fred V, Igor. Remplaçants : Seb, Couli. Coach : Mimet.
Arbitre : en polo au citron
Supporters : Romain Irish KGB, Tonton.
Vendredi 16h50, je sors de chez le kiné, fané, car je dois renoncer au match du soir, pour cause d’une contracture tenace, faisant planer la menace d’une déchirure. J’appelle Mimet pour lui annoncer mon forfait, puis, la tristesse au ventre, j’allume mon ordi pour travailler quelque peu avant d’aller supporter mes camarades de jeu, à Michelier. Peu concentré sur mon travail, semi déprimé, les pensées vont et viennent, formant un puzzle de la soirée qui m’attend : le vent de Michelier, les infos qui annoncent la neige sur Marseille et La Provence, le sac vert qui reste à la maison avec crampons et maillot inutilement préparés, la crainte d’une nouvelle dérouillée semblable à celle de la semaine précédente, renforcée par l’idée que l’adversaire du jour, le GS Epargne, a récemment vaincu la très bonne équipe de l’USTM.
Bref, par cette météo digne de l’âge glaciaire, à ne pas mettre une prostipute dehors, sauf à dire qu’elle apprécie les Yétis citron / foutre, mon moral en berne m’incline à me caler au chaud et renoncer à rejoindre Marseille 9ème, depuis mon repaire Ceyresten. Mais mon cœur Celte, les valeurs de solidarité qui m’anime, l’idée de Mimet solo se gelant les glaglaouis sur la touche, me raniment et je m’enfonce dans la nuit frigidaire via La Gineste, sans entrain. Après un stop à la boulangerie locale, qui me permet de m’équiper de deux quiches, petites mais réconfortantes, je reprends mon élan dans la nuit Canadienne (désolé pour cette approximation géographico-animalière mais avec « caribou » la blague ne marchait pas).
Arrivé au stade, tout juste au coup d’envoi, mon cœur se serre à nouveau de n’être que spectateur. Mais rapidement, mon âme de Celtic Bhoy, le vert de la pelouse, le ballon qui vit, mes coéquipiers hyper déterminés, Couli la recrue Ivoirienne du mercato, me donnent un coup de fouet mental et émotionnel. Ca pue le foot, c’est bon ça ! Je m’informe visuellement des données du match. Il fait effectivement un froid de Husky mais sans vent, le dispositif mis en place par Coach Mimet est le 4-4-2 qui me semble le mieux convenir à notre équipe. Un coup d’œil à l’adversaire maintenant. Et là, un frémissement de crainte me saisit : que des célébrités au sein de l’équipe adverse ! Jimmy Somerville dont il me semblait qu’il avait fait carrière dans le chant, se trouve dans les buts. Jackie Chan en suractif milieu relayeur, animé par la nouvelle fureur de vaincre. Chuck Norris, avant-centre karaté plusieurs occasions mais très remuant. Cochise, milieu défensif. A moins que ce ne soit Géronimo, je les confonds toujours ces deux-là. Optons pour Cochise car indien vaut mieux que deux tu l’auras. Je tape Nabil, Stan, Virgile, Seb, sur Wikipedia, mais clairement, nous ne pouvons pas rivaliser avec nos adversaires, sur la question de la notoriété. Mais je vous propose d’oublier Cochise et ses amis, et de tourner l’apache pour que l’histoire de ce match comanche, qui plus est sioux de bons auspices.
En effet, la trouillette d’affronter une équipe de stars s’évanouit rapidement, au vu de la bonne tenue des partenaires de Cap’tain Steph, bien positionnés, combatifs, très présents à la récupération et amorçant quelques mouvements prometteurs. Le jeu est équilibré, les Ecureuils du GS Epargne tiennent mieux le ballon mais les Celtes restent intransigeants sur le plan défensif. Et quand les Ecureuils s’approchent du but des Vert et Blanc, c’est Miguel qui intervient avec promptitude et détermination, entamant ainsi, une prestation de haut vol. Peu à peu, les Celtes trouvent également leurs marques dans la circulation du ballon. Au fil des mouvements collectifs de plus en plus aboutis et maîtrisés, la passion du jeu infuse à nouveau mes veines, le plaisir irrigue mon corps également ravivé par la consommation des deux quiches mentionnées ci-dessus. Ca renifle le ballon, ça me régale, me faisant oublier cette impuissance à être acteur du jeu et participer à la quête de victoires des Mimet’s Bhoys. C’est ainsi que nous ouvrons le score, sur une frappe intersidérale d’Olivian, consécutive à une fine talonnade de Nabil (1-0). C’est une de nos premières réelles occasions, mais l’efficacité qui nous manque parfois, est ce soir bien présente, et ce, dans les deux surfaces, toujours grâce à un Miguel de plus en plus survolté. La joie explose sur le banc, nous nous furons un chouïa, nous enlaçons. Malgré ce, le GS Epargne égalise et ouvre son compte de buts, avec un peu de réussite, mais de façon somme toute méritée, au regard du jeu produit, qui rivalise de haute lutte avec la qualité des Irish Men (1-1). Cette égalisation réveille en moi cet enculé de spectre du scénario du match de la semaine dernière, qui nous a vus ouvrir la marque et dominer une très forte équipe, avant de prendre une avalanche de contres meurtriers. Mais que nenni, que nenni, l’efficacité est bien à l’ordre du jour chez les Celts, toujours aussi bien positionnés à la récupération du cuir et sur les deuxièmes ballons. Avant cette égalisation qui aurait pu semer le trouble, était intervenue la pause et la reprise du jeu, marquées par plusieurs micro-événements, de ceux qui font le sel d’un match de foot, cette courte tranche de nos vies qui concentre tant d’émotions de souvenirs, de luttes, de défis, de souffrances, d’anecdotes. Nous retiendrons ainsi :
– La plus courte séquence de jeu de l’histoire du football mondial : Seb, à peine entré en jeu et pourtant bien échauffé, qui se claque l’ischio-jambier sur sa première course, sans avoir eu le temps de toucher le ballon. Avec le recul, ce sera sûrement drôle, mais en attendant, le coaching de Mimet est perturbé, Seb triste et déçu et nous lui souhaitons que ce ne soit pas grave et qu’il se remette rapidement
– Le discours volontariste et mobilisateur du coach dont le coaching de la reprise va enflammer la presse spécialisée
– Le Tifo pyrotechnique de l’Irish Kgb qui donne des couleurs au match, au quartier, à la passion Celte
– L’entrée en jeu de Couli, bouillant sur la touche en 1ère période, et qui va apporter de la complémentarité avec Nabil, Fidel, Fred, tout en donnant de la profondeur aux offensives Celtes.
Et c’est bien ce dernier point qui va transformer la prestation des Vert et Blanc en incontestable succès. Toujours aussi volontaires, à l’image de Thomas, qui suit ses adversaires en leur mordant les chaussettes, jusqu’aux Goudes, les Celts sont sublimés par le coaching gagnant de Mimet et la détermination. Bref, si je rote ma quiche à l’oignon, ça pue quand même le foot et je me régale de voir notre équipe aussi compétitive, complète, efficace, solidaire, concentrée sur la victoire. La deuxième période va encore davantage nous emplir du plaisir de la victoire, de la joie et du sentiment d’accomplissement procurés par une prestation pleine et obtenue face à un adversaire valeureux. En effet, cette profondeur trouvée dans le jeu permet aux Celtes de s’installer clairement dans le camp adverse, de multiplier les occasions et de fatiguer les Ecureuils. Cette qualité collective trouve sa récompense sur une tête de Stan, qui double la marque d’une tête défiant les lois de la géométrie, par sa courbe asymptotique, arrondie, en cloche, lobant toutes les têtes qui tentent d’intervenir, ainsi que la main étendue mais en vain, au bout du bras de Jimmy Somerville, lui-même étendu à l’horizontale (2-1). Mais c’est bien la verticalité qui va permettre aux Celts d’enfoncer le clou. Appuyés sur un quatuor défensif vigilant, dirigé avec autorité par Steph, un milieu suractif, boosté par l’énergie d’Olivian, les joueurs offensifs Vert et Blanc vont parachever ce superbe succès. Tout d’abord par Fred Ville (3-1), qui place une tête que je qualifierais de « piquouillée ». Pourquoi ? Parce qu’elle est piquée mais lorsqu’on dit « tête piquée », on imagine la puissance qui va avec, alors que là, elle est retombée comme une couille, juste derrière la ligne et hors de portée de toute intervention malgré la densité défensive adverse. Piquouillée donc. C’est ensuite Couli qui voit ses efforts et nombreux appels récompensées par une frappe sèche et victorieuse (4-1). Et comme un symbole pour oublier la défaite de la semaine précédente (1-5), les Celts vont scorer une cinquième fois, inversant ainsi les vents contraires, se regonflant le moral et se prouvant que le potentiel de cette équipe mérite un meilleur classement. C’est Nabil qui couronne ce succès par ce cinquième but, se trouvant lui aussi valorisé, après une prestation pleine de vigueur et d’allant offensif (5-1)
Nous nous entre-félicitons, nous refurons un peu, félicitons nos adversaires, l’arbitre, et lançons notre traditionnel cri de joie dans le vestiaire bruyant et joyeux. Une bonne partie de l’équipe se retrouve au pub. La Guinness est savoureuse, les sourires illuminent nos faces, on s’en bat les couilles du Napoli – Juve sur les écrans, notre victoire à nous, a eu lieu deux heures avant, à Michelier.
Fatigué mais heureux, je reprends le chemin de Ceyreste, il ne fait pas si froid que ça, je chante sur La Gineste. Merci le foot, Merci les Potos.

PS de mimet : Juste une erreur chronologique sur le score on mène 2-0 et ils réduisent le score. Et il manque le copyright…

Une réflexion au sujet de « Championnat 6ème journée Vétérans à 11 Saison 2017 – 2018 CIC vs GS EPARGNE : 5-1 »

  1. Steph kro

    Tu es le jean d’Ormesson du résumé !! Gros match quand on met tous les ingrédients , envie, solidarité , application , la victoire est souvent au bout
    Hail , hail

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.