Championnat vétérans à 7 2016/2017 : J2 : CIC V7 – RC Mazargues : 3 – 2

Reportage by Thierry Pauvert
Vendredi 30 Septembre 2016 : 2 éme journée de championnat : CIC V7 – RC Mazargues à 19H30 au stade Lebert.

Vendredi soir Météo France avait fort prudemment classé notre département en  vigilance Orange.
Pour un non-initié cette mesure concernait les Orages menaçant les Bouches du Rhône pour le week end, mais voilà, du côté du stade Lebert la raison en était tout autre !
 
Pour une bande de vieilles, qui ont leur avenir footballistique devant eux à chaque fois qu’elles se retournent, cette vigilance Orange est le signe de la programmation du « classico de l’avenue de Mazargues » !
D’un côté, le RC Mazargues du nom du village ou mène l’avenue éponyme, une équipe qui a dominé les derniers championnats mais qui a pris une valise historique lors du dernier classico,
de l’autre le Celtic dont l’avenue qui porte le nom de l’adversaire abrite le siège social, et dont un des objectifs de l’année est de siffler la fin du match avec au moins un but d’avance sur le Barça des quartiers sud.
 
Pour ce choc qui ébranle le 8 ème arrondissement, Gilles a préparé une équipe de guerriers, avec un plan tactique audacieux, une attaque de première ligue, la défense du calcio, un gardien de bundesliga et un milieu le ligue 1 (dit autrement, tout le monde derrière, on balance sur les grands devant et fautes intelligentes au milieu) .
 
A noter le regret du staff technique qui n’a pu qualifier Jean Luc, son joker médical préféré, pour une sombre histoire de convocation officielle non parvenue, ah ces formalités…
 
Les choix stratégiques du coach pèsent sur le début de match, le RC Mazargues a la possession mais butte sur le bloc compact Sébastien/Alain et Didier, Romain s’impose en patron dans sa surface, Xavi et fred lancent des contre-attaques rapide pour servir Charles. La vision devient encore plus évidente lorsque sur un centre de Charles,  Sebastien.L catapulte de ballon de la tête dans le but, mais pas dans les filets du stade Lebert qui ont mystérieusement disparu pendant l’intersaison. L’adversaire accuse le coup et se jette à l’attaque pour égaliser, ce qui nous procure quelques actions de contre intéressantes, avec des bonnes frappes malheureusement pas cadrées de fred, sans doute troublé lui aussi par l’absence de filets !
 
Comme trop souvent cette inefficacité à tuer le match relance notre adversaire qui finit par égaliser après que notre milieu se soit un peu déstructuré.
 
La Mi-Temps intervient sur ce score de parité et un RC Mazargues de plus en plus dangereux, sans un Romain impérial le CIC aurait pu sombrer.
La décision est prise de revenir à un système qui a fait ses preuves. Sebastien.R est repositionné en milieu (ultra) défensif dans l’axe, dispositif patiemment mis au point entre 1996 et 2016 sur le stade René Magnac , dont Ali a longtemps été l’incarnation et qui a fait péter les plombs à plus d’un amoureux du ballon ! (de là à dire que Didier Deschamps lui-même ait pu s’en inspirer en 1998, il y a un pas que nous ne franchirons quand même pas !)
 
Dès la reprise le changement est évident, les stars du Barçargues s’écrasent sur Sebastien R, dont la présence libère les 2 latéraux ! La pression s’inverse et sur un nouveau centre de Xavi c’est Alain qui saute (eh oui vous avez bien lu) plus haut que tout le monde et boxe le cuir dans les grillages (ceux qui ont suivi savent qu’il n’y a plus de filets et donc il y a but même si la balle est dans le grillage).
 
Notre entraineur joueur entré sur l’aile gauche galope et fauche comme au plus beaux jours, et offre même un caviar d’une ouverture phénoménale de l’exter pointard de 50m à Fred qui manque le cadre de peu.
Certains spectateurs évoquent même le nom du kaiser Beckenbauer devant la pureté d’un tel geste,  la rédaction décide donc de passer sous silence l’action précédente un peu moins glorieuse.
 
Xavi qui s’est beaucoup dépensé depuis le coup d’envoi choisit ce moment pour creuser l’écart, sur un superbe slalom qui laisser 2 adversaires à terre et le ballon au fond de la cage (cage sans barreaux comme évoqué déjà plusieurs fois).
 
Le CIC fait tourner l’effectif et le ballon, l’adversaire semble résigné, et  pour pimenter la fin de match un petit relachement défensif ramène de score à 3 à 2 à quelques secondes de la fin.
Après quelques courtoises discussions habituelles dans le Derby sur le réglage et l’exactitude des montres des 2 camps, le grand libère tout le monde en sifflant la fin du match sur une nouvelle victoire du CIC Vet à 7 qui ajoute un classico de  l’avenue de Mazargues à son palmarès !!!
 
Un grand bravo à tous pour ce match bien géré ou chacun a donné le maximum et démontré la force du collectif et de la solidarité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.